Le « doudou »

Décrit par le psychanalyste D.W. Winnicott qui l’appelait « le phénomène transitionnel ». Pourquoi phénomène ? Par ce que plus qu’un objet,  » il constitue à lui seul un espace de construction momentané et illusoire, il est en réalité la première possession non-moi « .

L’objet transitionnel est un moyen pour l’enfant d’accéder à la réalité objective, d’accepter de perdre en quelque sorte ses sentiments de toute puissance vis-à-vis de sa mère de manière pas trop brutale. Il lui permet de passer de l’état d’union avec sa mère à l’état où il est en relation avec elle en tant que « séparé » .

Le besoin réel d’un doudou pour l’enfant apparaît souvent entre 5 et 8 mois. A cet âge, le bébé comprend qu’il est une personne à part entière, tout comme sa maman, et donc que cette maman peut disparaître ce qui est forcement source d’angoisse.

Le doudou de bébé a pour rôle de faire la transition entre le monde extérieur et lui même (d’où son nom d’objet transitionnel).

DOUDOU = aide symbolique,  transition entre:

Moi et l’Autre

Interne et externe

Réel et imaginaire

Présence et absence

Eveil et sommeil

Sécurité et aventure

Bébé va se diriger vers un objet de son choix qu’il crée et personnalise comme étant l’objet qui apporte soutient et réconfort. Mais, parfois, bébé        trouve une autre solution…

Il est élu par l’enfant et ne doit pas être changé, sauf par l’enfant qui s’arroge en fait des droits sur lui. il le voit en quelques sorte comme un bout de lui-même tout en ayant conscience que c’est un autre qui ne lui appartient pas.

Le doudou permet à l’enfant d’effectuer à travers lui son premier véritable choix à long terme, aussi bien sur son aspect que sur son petit nom ( qui sera lui aussi choisi bien souvent en rapport avec ses écoutes et ressentis).

Tous les enfants n’ont pas besoin d’un doudou ou plutôt, ils n’ont pas tous besoin d’un doudou palpable, visible. En fait, le bébé est en quête d’amour et de sécurité. Alors, ce peut être sous forme d’une boite à musique ou encore le pouce ou autre chose de moins perceptible ( en babillant, en se caressant les cheveux…). Un doudou, c’est aussi un air entendu qu’on vocalise (bababa ba ba), ou un geste comme se caresser les cheveux par exemple.

Le doudou est une extension de maman, de la maison et le bébé se sent en sécurité lorsqu’il le tient contre lui.

Celui-ci aurait l’immense pouvoir d’évoquer la maman absente, d’aider le tout-petit à lutter contre l’angoisse de la séparation et de faire la transition entre son propre corps et l’extérieur,le connu et l’inconnu

L’objet transitionnel vient remplir une fonction essentielle : celle de défense contre l’angoisse

Le doudou a un rôle de substitut maternel, compagnon de jeu, de consolateur, d’ange gardien, de confident auquel l’enfant peut confier ses peurs, ses joies, ses chagrins mais aussi ses rêves, ses secrets…

Le doudou réconforte, console et aide à récupérer en cas de fatigue, de chagrin, de mal être (physique ou psychologique).

MAIS ATTENTION: L’ attitude qui consiste à tendre systématiquement un doudou à un enfant qui a besoin d’être consolé n’est pas forcément une bonne solution. Il a certainement davantage besoin et envie à ce moment-là de présence, d’attention et de câlins.

La vue             Le toucher             L’odeur              Le goût                   Le bruit

Avant de devenir doudou, le « candidat » passe par toutes sortes d’épreuves. Il est mordillé, léché, sucé, tire-bouchonné, trituré en tous sens…

Afin de lui donner douceur, moelleux et « bonne odeur » indispensables. Certains se caressent le visage ou se frottent le nez avec, le reniflent, écoutent même le bruit du tissu.

Le doudou facilite la socialisation et sert de défouloir à l’enfant : il le jette à terre et le gronde. Quand il est de mauvaise humeur ou contrarié, il lui fait dire tout ce qu’il ressent.

Le doudou permet à l’enfant de transférer ses sentiments

A mi-chemin entre extension corporelle de soi et objet différent de soi, le doudou de bébé ouvre l’enfant sur son monde environnant

L’enfant grandissant, la doudou perdra peu à peu de son importance au profit d’autres attachements.

A lui seul, le doudou est un monde en miniature capable de rassurer, faire rêver et affronter l’inconnu : il aide à grandir.

Le tout-petit va l’utiliser en fonction de ses besoins.

Le lien avec le doudou évolue dans le temps.

Les uns vont le garder avec eux en permanence alors que pour les autres, il ne sera pas là qu’à l’heure du coucher. Certains vont l’utiliser un jour et pas le lendemain.

L’enfant grandissant, la doudou perdra peu à peu de son importance au profit d’autres attachements.

Mais un doudou trop présent empêche l’ enfant de se livrer à d’autres activités, il n’incite ni à la communication, ni au jeu.

Un enfant qui a du mal à se séparer de son doudou a tendance à se replier sur lui-même.

D’ailleurs, on voit nettement les petits s’en défaire au fur et à mesure que leurs relations avec les autres se développent.